Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Belle, collègue... émoustillante (3ère partie)

Belle et Charles sont collègues. Un après midi au bureau, alors qu'ils ont une réunion à propos d'un dossier sur lequel ils travaillent, Charles a beaucoup de mal à se concentrer. C'est dû à la chaleur de l'été ? À un manque de concentration et à la fatigue ? Au charme de sa collègue ?

Proposée le 29/03/2024 par Mysteriotic

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: pratiques sexuelles
Personnages: FH
Lieu: Bureau, travail
Type: Fantasme


Les dossiers, au même titre que les collègues, n'ont pas d'importance. Je sais que le dicton dit qu'il ne faut pas mélanger le travail et le plaisir. Soit. Là, ça ne se commande pas. Nous sommes bien, Belle et moi. Nous prenons du plaisir, elle comme moi. C'est le plus important. Le reste ? Eh bien, le reste, ça n'a pas d'importance. Qui sait de quoi demain sera fait ? Ce qu'il se passe dans cette salle de travail, en ce moment même, entre mon émoustillante collègue et moi, ça n'a pas eu lieu hier et ça ne se produira pas demain. C'est dans cette salle de travail et c'est aujourd'hui. C'est tout ce qui compte. Je me laisse aller. Je ne pense à rien. Je ne bouge pas. J'ai les yeux fermés. Je me concentre sur la sensation de la bouche de Belle qui va et qui vient sur mon sexe.
On n'entend presque rien, dans la salle de travail. On pourrait croire aisément que l'atmosphère y est studieuse, à l'intérieur. Si les gens savaient... À l'intérieur de cette pièce, deux collègues lèvent le pied et s'accordent du bon temps. Belle m'a corrompu et, comme l'adage le dit si bien : l'homme est faible. Si l'on suit le raisonnement, si l'on considère dans quoi Belle m'a entraîné, alors oui: je suis un homme faible. Attention ! Ce n'est pas pour me déplaire, ce qu'il se passe jusqu'à présent. Je suis célibataire. Je suis libre comme l'air. Je trouve Belle tout à fait à mon goût. Jusqu'à aujourd'hui, à mes yeux, elle était une collègue de boulot avec qui j'aimais bien travailler. Ni plus, ni moins. Jusqu'à aujourd'hui, il y avait une bonne entente entre nous. Désormais, les choses prennent une toute autre tournure. Mais là encore, ce n'est pas pour me déplaire. Belle est belle et je suis en train de passer du bon temps avec elle. Belle sait y faire, avec un homme. Et elle a le don de m'exciter. Au plus haut point. Dorénavant, lorsque je serai au bureau, lorsque je plancherai sur des dossiers, ce sera un peu plus compliqué d'être concentré, d'avoir l'esprit à cent pour cent sur mon travail et ma productivité. Il le faudra bien, pourtant. Et ce, même si Belle se trouve dans la même pièce.
Est-ce un aparté ? Est-ce que quelque chose naît entre nous ?


Pourquoi se poser des questions sur ce qui va se passer dans le futur alors que le présent est là et se vit? L'heure est au plaisir. Il s'agit de se faire du bien. Belle et moi, nous reprendrons le train du travail en marche. Consciencieux, sérieux et professionnels comme nous le sommes, nous rattraperons le temps perdu. Je ne me fais pas de soucis pour ça. Ça m'a traversé l'esprit le temps d'un instant et l'instant d'après, Belle me ramène sur Terre par le biais de la fellation qu'elle me fait. Ses caresses buccales sont divines. Ma partenaire de bureau me réduit à l'état de boule de plaisir tant c'est... bon, le plaisir qu'elle me donne. C'est voluptueux et ça met mon esprit sans dessus dessous. Je ne peux m'empêcher de porter mon regard sur cette belle Belle. Je veux voir comment elle est concentrée. Je veux admirer l'éclat de ses yeux. Je veux contempler le mouvement de sa tête lorsque sa bouche va et vient sur mon sexe. La vue en contre-plongée me permet de ne pas louper une miette du corps à demi-nu de mon émoustillante collègue. Les seins de Belle ont beau ne pas être très gros... Ils sont à mon goût et ils me plaisent beaucoup. C'est le plus important.


Délicatement, sans mouvements brusques, je pose mes deux mains sur le tête de ma collègue de travail coquine. Ainsi, je prends l'initiative de la guider. Ce qu'elle me fait depuis qu'elle a commencé de me sucer, j'apprécie. Ses lèvres sont mouillées, juste ce qu'il faut. J'aime la sensation quand elles coulissent sur ma queue. La vue en contre-plongée que j'ai m'excite et décuple l'envie de Belle que j'ai l'instant-t. Belle est consciencieuse aussi dans le sexe que dans le travail. Désormais, lorsqu'on travaillera ensemble au bureau, au plus profond de moi, je sourirai. Lorsqu'elle sera concentrée, la part coquine de moi pensera aux lèvres de la suceuse que Belle peut être. Ça, c'est sûr : je ne suis pas près d'oublier cet instant cochon, dans cet espace de travail. Oublié le boulot, oubliés les dossiers. Je m'abandonne pour de bon au plaisir et à la volupté. Belle est belle, et elle me plaît. À compter de ce jour, il y a une donnée de plus, un argument de plus pour que je prenne plaisir à me rendre au bureau. Et s'il y avait d'autres moments défendus entre nous, à l'avenir...?


Le plaisir m'apporte des sensations voluptueuses. Plus Belle me prend en bouche, plus c'est délicieux. Plus mon plaisir grimpe en flèche, plus il devient intense. Je pourrais jouir d'un moment à l'autre à l'allure où ma charmante collègue me suce. Plus le temps passe, moins je veux que cette bulle éclate. Je goûte aux charmes ainsi qu'aux talents de Belle. C'en est désormais fait de moi. C'est sûr : je me souviendrai de cet aparté pour le restant de mes jours. La belle Belle est donc une cochonne qui aime le plaisir et le sexe lorsqu'elle oublie le travail ? Mmmh... Intéressant. Alors, nous sommes deux. Parce que j'aime le plaisir et le sexe tout autant. Nous sommes donc faits pour nous entendre.
Je prends particulièrement du plaisir à me faire sucer par Belle. Je pourrais y passer des heures, si j'avais le don et le pouvoir de rendre permanente mon érection. Ah quel pièce de serait... Je n'ose imaginer ce que ça donnerait, dans la réalité. Ça se saurait si l'on bandait constamment. Mes pensées se dispersent. Je divague. Il faut que je me concentre davantage sur Belle. Je dois me focaliser sur la fellation qu'elle me fait. Je me laisserais bien jouir, lorsque je ne serai plus capable de retenir mon plaisir...


Je suis attendri par le charme de ma belle collègue. Ça me plaît bien, cette facette plus... coquine, chez elle. Et je suis d'autant plus heureux de jouer à de tels jeux interdits en sa compagnie. Ce n'est pas une mauvaise chose de mélanger le travail et le plaisir, surtout lorsque vous avez une collègue de bureau mignonne comme ce n'est pas permis. Qui plus est, elle sait ce qui plaît à un homme.


Le regard de Belle sur moi en dit long sur le comportement qu'elle adopte ainsi que sur l'état d'esprit dans lequel elle est. Sous ses airs de première de la classe, Belle cache en réalité bien son jeu lorsque le chat n'est pas là et que les souris dansent. Dès lors, elle n'a pas pu résister un jour de plus et à présent, elle s'en donne à cœur joie. C'est comme ça. Ce que je ne sais pas, c'est que je lui plais... particulièrement.


Si seulement j'avais repéré le petit jeu de ma collègue... Si seulement j'avais porté plus d'attention à ces signes avant-coureurs... J'aurais alors su que Belle a un faible pour moi. Quand elle jouait avec une mèche rebelle de ses cheveux... Quand elle s'amusait à replacer correctement sa paire de lunettes sur des yeux... Quand elle se mordillait exprès la lèvre... Quand elle se tortillait sur sa chaise... C'était on-ne-peut-plus clair. Seulement... J'étais obnubilé par mon travail et je n'avais d'yeux que pour les dossiers sont je m'occupais. Je réalise à présent à quel point j'ai perdu du temps, à quel point j'ai laissé passer ma chance. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Et j'ai bel et bien l'intention de rendre au centuple le plaisir que la belle Belle me donne. Cette seule pensée dope, décuple mon excitation.
Je fais Belle se relever. Je la prends dans mes bras et je la serre fort contre moi. Je veux l'imprégner de la chaleur ainsi que de l'odeur de mon corps. Ça me tient à cœur. Certes, elle me connaît déjà un peu puisqu'elle vient de me sucer. Mais là, je tiens à ce que l'on voit vraiment proches. Je rapproche mon visage du sien. Je dépose les lèvres sur les siennes. Là. J'embrasse Belle pour la première fois. Un nouveau Rubicon vient d'être franchi. J'aime ce moment. C'est irréel. C'est magique. Je me sens bien. Avec délicatesse, je place mes mains sur le bas des reins de Belle. D'instinct, réflexe immédiat et naturel : les siennes m'entourent le cou. D'instinct, réflexe tout aussi immédiat et naturel : je presse mon corps contre le sien pour que ma collaboratrice en ressentez le poids. D'autre part, désormais, Belle n'a pas d'échappatoire. Ça me convient. J'en suis fort aise. Mes desseins vont être plus simples à réaliser, ainsi...
Oui. C'est au tour de Belle de connaître ce que c'est, le plaisir. Pour cela, elle doit se laisser faire. Elle doit ME laisser faire. J'ai envie de savoir ce que ça lui fait, que l'on coquine comme ça au bureau. J'en bande à ce que ça en soit limite douloureuse. Je me délecte des courbes de son corps. Nos baisers me font complètement oublier ce pourquoi on travaille ensemble. Le travail, les dossiers ? Qu'est-ce que c'est ? Je ne pense plus qu'à ma jolie collègue. À mon tour de goûter à sa saveur intime... À mon tour de lui donner du plaisir...


Belle... est belle. Je brûle d'envie de poser mes lèvres de nouveau sur elle. Ça titille ma curiosité. Le dos plaqué contre le plan de travail de la kitchenette de la pièce, ma charmante collègue ne peut pas m'échapper. Elle est offerte. Elle est à point, mûre. Prête à être... dégustée.
Belle se mord la lèvre. Elle ne peut pas s'en empêcher. Je la vois faire. Qu'à cela ne tienne... Quand elle fait ça, moi aussi, j'ai envie de la mordiller, cette lèvre. Puisque ma collègue est à croquer par-dessus le marché, pourquoi m'en priver ? Une occasion opportune comme ça... Je ne laisserai pas passer pour rien au monde.
Le langage corporel de Belle en dit long sur le fait qu'elle est sur la même longueur d'onde que moi. Le dos plaqué contre le plan de travail, les mains vers l'arrière et cramponnées sur le bois, Belle a les cuisses écartées. La jupe qu'elle porte s'est relevée. Elle porte un string assorti à son soutien-gorge.
C'est émoustillant, décidément, tout ça... L'eau me vient un peu plus encore à la bouche. Je plaque Belle contre moi. Corps à corps, plus rien n'a d'importance. C'est inattendu, comme moment. Mais justement ! Ça apporte plus de saveur... et plus de plaisir à notre passion naissante. Si les gens savaient... S'ils nous voyaient...

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Belle, collègue... émoustillante (1ère partie)
Belle, collègue... émoustillante (2ème partie)
Angèle, serveuse... libidineuse (3ère partie)
Alicia, petite amie... comblée (3ère partie)
Ô belle demoiselle (8eme partie)