Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Zach se fait démonter par la dominatrice !

Isabel fixe un rendez-vous à Zach, son partenaire sexuel qu’elle partage avec son amant Diego. Elle est encore outrée de s’être fait faire une double pénétration non-consensuelle, initiative qu’elle attribue à Zach. Alors, elle le convoque pour une autre soirée érotique à laquelle, elle compte bien

Proposée le 3/06/2024 par Jay19

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: FHH
Lieu: Vacances, voyages
Type: Fantasme


Dans le chapitre précédent, Isabel, la belle dominatrice, se fait prendre à son jeu et se fait dominer par son amant Diego et Zach, le partenaire sexuel du couple. La séance de sexe finit par une double pénétration virile prodiguée par les deux soumis.
**
Depuis le weekend, je n’ai pas revu Isabel et Diego. Je suis pourtant sorti faire des courses, aller à la plage et prendre l’apéro sur la terrasse située sur le toit. Rien, absolument aucune trace du couple.
J'ai passé une bonne partie de la semaine à fantasmer sur cette soirée à laquelle, j'ai connu le plaisir de se faire baiser par un mec. C'était divin. Sentir sa belle queue, bien charnue, me limer virilement ; ses gros testicules me frapper le pelvis et ses mains m'enlacer solidement. J'en bande et j'aimerais tant le revoir. Aussi, je repasse dans ma tête ce moment où Diego encule sauvagement Isabel et moi, la défonce, écrasant son joli petit con à chaque grand coup. Sa voix, ses cris, ses gémissements et ses mains demandant de ralentir l'assaut. J'en rêve chaque soir. Mais, il ne semble pas qu'il y aura une reprise, le couple, restant introuvable.
Je viens de terminer mon café et m’apprête à sauter dans la douche quand on sonne à la porte. J’allais répondre lorsque me vint l’idée de regarder par le judas qui me demande. À ma grande surprise, j’aperçois Isabel. J’ouvre la porte. Elle est là, devant moi, montée sur des talons, mettant en valeur ses longues jambes sous cette robe transparente, portant seulement un bikini. Elle a les cheveux attachés, mettant en valeur son visage de déesse aux yeux perçants et aux lèvres en forme de cœur. Je sens mon pouls s’accélérer. Elle n’est pas partie, me dis-je. Mais que me veut-elle ?
— Hola guapo !
Je suis tétanisé. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être est-ce sa splendeur, le fait qu’elle soit là, devant moi ou que j’anticipe une autre séance de BDSM sous sa domination qui fait que je ne puisse pas bouger.
— Tu en fais une tête ! me dit-elle avec son accent délicieux. Tu ne me laisses pas entrer mon chéri ? En voilà, une façon de traiter une jolie femme ! ajouta-t-elle en souriant.
À ces mots, je réagis, clairement tombé sous son charme et ouvre la porte toute grande. Elle entre, en me jetant un coup d’œil.
— Je te croyais partie.
— Je l’étais. Avec Diego. On a passé la semaine à Lanzarote, dans un petit village pittoresque au bord de l’océan.
— Je suis désolé, Isabel. Je te pensais partie et de te voir, me déstabilise.
— Je vois bien que tu as perdu tes bonnes manières.
— Je suis un vrai idiot. J’ai même oublié de te faire la bise.
— J’ai noté ! Mais, il n’est jamais trop tard pour bien faire.
Alors, je m’approche pour lui faire la bise. Mais, elle saisit mon menton, plante son regard profond dans mes yeux, sort sa langue et de sa pointe trace le contour de mes lèvres avant de déposer lentement les siennes sur ma bouche. Je suis de nouveau paralysé, sous son emprise.
— Je suis venu te proposer une petite soirée pour te détendre. Car, je vois que tu en as bien besoin.
— D’accord ! lui dis-je.
— Ce soir, 21 heures. Chez moi. Tu te présentes vêtue d’un costard et cravate. Comme s’il s’agissait d’un rendez-vous galant. Et… sous ton costard, tu porteras, juste pour moi, ton slip le plus sexy et ceci.
Elle ouvre sa main dans laquelle se cache un plug anal qu’elle lèche avant de me le remettre et de quitter.
— À ce soir !
Je referme la porte, en me demandant à quoi ai-je acquiescé.
Je passe le reste de la journée à fantasmer sur cette soirée. Me demander ce qu'elle a en tête. Elle semblait au top de sa forme. Sera-t-elle seule ? Elle m'a dit juste pour moi de porter mon slip préféré. En costard et cravate ? Quel scénario va-t-elle me concocter. Je suis terriblement excité et aussi effrayé.
Je n'avale quasiment rien de la journée et me fais même un lavement pour m'assurer que je serai impec. Je saute dans la douche et installe le plug après m'avoir bien lubrifié l'anus. Je réussis à l'introduire, non sans douleur.
Ensuite, je décide d'être créatif et de porter un anneau pénien en cuir. Je choisis un slip noir, luisant, style string, Puis, enfile, mon costume, ma chemise et noue une cravate de couleur assortie. J'espère être à la hauteur de ses attentes. Je sens qu'après sa séance brutale de double pénétration contre son gré, elle sera revancharde.
C'est l'heure, j'ai peine à respirer tant que je suis, à la fois anxieux et excité. Bon, j'y vais. Je referme derrière moi et descends l'escalier jusqu'à chez elle.
Je sonne. J'essaie de respirer le mieux possible. J'entends des pas. Des talons hauts qui battent le parquet de marbre. Doucement, la porte s'ouvre. Il n'y a personne. Du moins, je ne vois ni Isabel, ni Diego. Qu'une lumière rougeâtre diffuse. J'entre et regarde derrière la porte pour savoir qui a ouvert. Mais, il fait trop noir. Mes yeux ne se sont pas encore adaptés. La porte se referme. Comme par magie. Je m'apprête à circuler vers le salon. J'entends un léger bruit derrière. J'allais me retourner quand on me saisit, par l'arrière. L'homme me serre contre lui. Je sens son souffle sur mon cou. Je ne bouge pas. J'attends la suite.
— Buenas noches, mi corazon !
C’est Diego. Je reconnais sa poigne.
— Tu m’as manqué ! ajoute-t-il.
Je ne peux lui répondre, ne sachant pas ce qu’il a en tête. Mon cœur veut sortir de ma poitrine, tout comme ma bite de mon pantalon.
— Tu ne dis pas bonsoir ? dit-il, en descendant sa main sur mon zob et en me serrant les couilles jusqu’à ressentir de la douleur !
— Bonsoir Diego !
— Là, c’est mieux, répliqua-t-il en desserrant la main. La maîtresse t’attend. Et… elle est d’une humeur plutôt enjôleuse. Allez, je dois te menotter et te bander les yeux. Ensuite, je t’emmènerai auprès d’elle.
Je ne m’oppose pas à Diego. Je le laisse me «préparer» pour la maîtresse. Il me passe les menottes derrière le dos. Il me bande les yeux. Je suis surpris et excité, à la fois. Je suis prêt, me dis-je. Que va-t-elle exiger de moi ? alors que je me mets en marche, Diego me dit d’attendre, Il m’attrape par la cravate. Puis, il m’indique qu’on peut y aller ; simplement suivre le mouvement. Pas de doute, je ne peux pas faire autrement.
J’arrive devant Isabel qui me dit de m’agenouiller. Ce que je fais. Je me sens vulnérable, ne sachant pas où je suis. Je ne peux que me fier à mon odorat et mon ouïe pour le moment. Je sens leur présence dans la pièce, mais pas au point de savoir où ils se trouvent.
— Je suis heureuse que tu aies accepté mon invitation.
— Je suis heureux aussi d’être ici.
— Tu as fait ce que je t’avais demandé ?
— Oui.
— On dit oui, maîtresse, me souffla à l’oreille Diego.
— Oui, maîtresse !
— On peut voir ?
— Oui, maîtresse !
— Tu apprends rapidement. C’est bien, mon chéri ! Tu peux vérifier que Zach a bien respecté les consignes ?
— Oui, maîtresse, répondit Diego en s’exécutant.
— Lève-toi, m’ordonne-t-il.
Je me redresse et me tiens bien droit. Diego déboutonne mon pantalon et descend la fermeture éclair. Il en profite pour effleurer mon sexe qui est bien tendu. Il glisse ses deux mains à l’intérieur de celui-ci, en prenant son temps, le pantalon faisant office de seconde peau. Ses mains se forgent un chemin vers l’arrière, avant de descendre palper mes fesses. Je sens maintenant sa queue dure comme de l’acier, presser la mienne, ses pectoraux appuyés sur les miens, son haleine me réchauffer la nuque. Il enfonce un majeur dans ma raie jusqu’à toucher le plug. Puis, l’enfonce progressivement, afin de me soutirer un gémissement.
— C’est bon, ma chérie !
— Oui, j’ai entendu ! répond-elle. Maintenant, fait voir le slip.
— D’accord, maîtresse.
Diego passe derrière moi et introduit de nouveau ses mains entre mon pantalon dézippé et ma peau et le glisse lentement pour dévoiler mon slip à Isabel qui semble approuver.
— Il me semble que ta belle queue soit plus grosse que la dernière fois, me dit-elle.
Ne sachant pas quoi répondre, je lui dis qu’il n’en est rien, bien évidemment. Mais, elle doute et demande à Diego de confirmer. Trop heureux de vérifier, Diego caresse la verge de Zach doucement et note la présence de l’anneau.
— Je crois qu’il dit vrai, maîtresse. Mais, il y a autre chose.
— Ah ! Bon !
— Il porte un anneau de cuir. Ça peut expliquer que son érection est plus soutenue.
— Tu vois que j’ai l’œil pour les jolis membres bien tendus, mon Zach. C’est ta propre initiative de porter un anneau ?
— Euh ! Oui, maîtresse.
— Mais, je ne te l’avais pas demandé.
— Je sais. Mais, je voulais…
— Ce que tu veux ne m’importe pas, Zach. C’est ce que je veux qui compte. Puisque tu portes cet anneau et que je ne te l’ai pas demandé, je devrai en tenir compte.
— En tenir compte. Que veux-tu dire ?
— Que tu ne m’écoutes pas et que je vais te corriger afin que tu perdes cette habitude. Diego, tu sais ce qu’il te reste à faire. Finis de le préparer et fais moi signe quand il pourra me recevoir.
Très intrigué par les propos de la maîtresse et ce que son amant lui réserve, il n’ose pas demander que sera la correction. Diego l’aide à se débarrasser de son complet, se dirige vers un sling et l’attache solidement aux poignets et aux chevilles. Il est maintenant couché sur une bâche de cuir, les jambes écartelées et le cul bien en vue. Les yeux toujours bandés, il attend ce qui semble de longues minutes avant qu’Isabel daigne lui accorder un peu d’attention.
Il l’entend s’approcher et ordonner à Diego de lui enlever le bandeau. Il ouvre les yeux et essaie de voir. Ce n’est qu’après quelques secondes qu’elle apparaît, sa maîtresse. Il salive devant ce corps de déesse galbé d’un corset de vinyle noir luisant, les jambes effilées cachées dans des cuissardes de cuir qui lui donnent un air diabolique. Elle lui sourit et s’approche. Elle s’arrête devant lui, entre ses jambes, et caresse du bout de sa cravache le slip bien moulant, laissant voir l’empreinte d’une bite bien bandée.
— Tu as abusé de moi, l’autre fois ! Tu te rappelles ?
— Je croyais que tu étais consentante, maîtresse.
— Ce que tu crois n’est pas important, mon chéri. C’est ce que je te dis qui est important. N’est-ce pas ?
— Bien sûr , maîtresse.
— Alors, tu dois être puni pour avoir initié une double pénétration, sans mon consentement. Ce n’est pas que je n’ai pas apprécié ta fougue. C’était, comment dire, hum… orgasmique.
— Et Diego, alors !
— Il sera puni aussi. T’inquiète !
Isabel déambule autour du sling sous le regard de Zach qui la suit des yeux, essayant de comprendre ce qu’elle va faire. Il repère Diego, debout près de lui, attendant les ordres. Puis, il entend Isabel quitter la pièce. Il détourne son regard vers Diego qui affiche un sourire malicieux, clairement amusé par la position de vulnérabilité dans laquelle se retrouve Zach.
Isabel revient dans la pièce, portant un gode ceinture énorme. Elle s’arrête devant Zach et de sa main caresse le large gode en le fixant dans les yeux. Zach ne bronche pas, mais il sait désormais qu’elle le défoncera sans merci, tout comme il a défoncé sa chatte lors de leur première rencontre. L’heure des comptes a sonné. De son index, sans se retourner, elle fait signe à Diego d’approcher.
— Tu pourrais lui enlever son slip ? J’ai une surprise pour Zach.
Diego s’exécute. Il déchire littéralement le slip, libérant la queue de Zach luisante de liquide séminal.
— Maintenant, il faudrait que tu lui retires le plug anal.
Diego retourne vers Zach et s’apprête à saisir le plug, mais, décide plutôt de l’enfoncer légèrement. Zach réprime un gémissement. Diego aime bien le dominer et rapplique de plus belle. Zach mord sa lèvre inférieure, ne voulant pas donner satisfaction à Diego. Qu’à cela ne tienne, il empoigne le zob de Zach solidement de sa main droite, doucement, lentement, commence à retirer le plug de son cul. Le visage de Zach se crispe de douleur au passage de la partie large du plug. Il halète. Mais Diego échappe le plug qui, sous la succion, s’enfonce dans l’anus de Zach. Il le reprend. Et refait le même manège quelques fois. Jusqu’à ce que Zach demande l’amnistie, le fion en feu. Alors, brutalement, Diego le retire d’un coup, sans crier gare, soutirant un hurlement de douleur et jouissance du soumis.
— Ça va Zach ? demande Isabel.
Zach, le souffle court, reprenant ses sens, hoche de la tête.
— Tu promets de ne pas crier lorsque je te pénétrerai, demande la maîtresse.
La peur se lit dans ses yeux, Zach fait signe que oui, bien qu’il n’en est pas du tout certain. Diego, en bon assistant, laisse couler du lubrifiant sur le gode et en profite pour vérifier si Zach est bien dilaté en le frottant le joli fion avec le surplus de lubrifiant. Puis, il le doigte profondément. Zach regarde Isabel, la gode en main l’aligner sur son anus. Elle appuie légèrement, le gland semble entrer sans résistance. Zach renverse la tête à l’arrière, cherchant à respirer. Isabel empale le joli cul dilaté lentement, jusqu’à ce qu’elle ne voit plus le gode. Elle fixe toujours Zach droit dans les yeux et agrippe ses cuisses solidement et se dandine. Zach gémit de plaisir. Elle le domine et en est ravie. Lorsque la respiration de son homme-jouet redevient normale, elle fait signe à Diego de se positionner à l’opposé d’elle, l’autre côté du sling et lui demande de le tirer vers lui, ce qui a pour effet de retirer le gode du cul de Zach. Puis, elle lui dit de le lâcher pour que le gode le pénètre de nouveau. Diego retire et relâche le sling lentement, puis plus rapidement, créant un mouvement de va-et-vient, pendant qu’Isabel, ses mains sur les hanches, sourire aux lèvres, regarde Zach encaisser les coups et couiner comme un jeune premier. Elle l’épuise et puis, se retire.
À suivre…

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Nathalie se fait démonter au premier rencart.
La dominatrice est bien servie.
Beau pap fait mon éducation sexuelle 4. Jean fait cocu son fils.
Ils ont fait de moi une salope
Une femme qui fait son chemin 2